Décoration de Jean François Milou en tant que «Chevalier de l’ordre du Mérite», Singapore, May 2018

Décoration de Jean François Milou en tant que «Chevalier de l’ordre du Mérite»

Jean François Milou a reçu sa décoration du Chevalier de l’ordre du mérite de l’ambassadeur de France, Marc Abensour, au nom du président français, Emmanuel Macron. Discours de Marc Abensour, Ambassadeur de France : Distingués invités, Mesdames et Messieurs, Ce soir, nous sommes réunis dans le majestueux Atrium de la Galerie nationale de Singapour pour une cérémonie officielle: la remise de l’Ordre National du Mérite à l’architecte français Jean-François Milou. Je suis particulièrement heureux d’avoir cette occasion unique de célébrer les réalisations d’un maître designer de formes et d’espaces dans l’un de ses bâtiments les plus emblématiques de Singapour. Cher Jean-François Milou, C’est votre maîtrise du dessin qui vous a amené à étudier l’art de construire. Vous êtes diplômé de l’École Supérieure des Beaux-Arts de Paris et possédez une formation en archéologie, une discipline que vous considérez comme un domaine de recherche en architecture. En regardant votre carrière impressionnante, il semble que ce qui guide votre pratique architecturale est une motivation profonde pour créer une émotion esthétique et pour trouver des solutions innovantes pour des espaces qui servent une plus grande idée de la beauté. Je dirais que trois hommes coexistent en vous et sont constamment engagés dans une conversation fructueuse les uns avec les autres: l’esthète, l’entrepreneur et l’homme de palimpseste. Un esthète avec une approche très sensible du design, car vous considérez qu’une «bonne architecture est une solution élégante à un problème complexe». Cette philosophie de conception et votre conception subtile du travail architectural sont clairement visibles là où nous nous trouvons ce soir. L’idée de tracer une ligne de démarcation entre les deux bâtiments historiques est devenue la signature de votre projet. En les drapant avec un toit et un voile métalliques, vous avez créé un bon équilibre entre ancien et nouveau et créé un sens très particulier d’intemporalité. Pour Le Corbusier, «l’architecture est le jeu savant, correct et magnifique, de formes assemblées dans  la lumière». Ici, vous avez utilisé la lumière, élément invisible, comme agent unificateur entre les deux bâtiments et filtrée à travers les espaces de la galerie. Vous construisez sur l’invisible, de la même manière que les musiciens composent en utilisant le silence. Il y a quelques mois, la National Gallery a inauguré Century of Light, deux expositions majeures comprenant des chefs-d’œuvre rares du musée d’Orsay, qui montrent comment les impressionnistes ont capturé avec brio les effets passagers de la lumière sur la toile. En regardant en arrière, il semble que ces œuvres d’art lumineuses aient trouvé une deuxième maison dans ce bâtiment. Je dirais comme vous dans ce pays. Je pense que c’est parce que vous avez placé le geste architectural et l’expérience artistique en résonance entre eux. C’est non seulement un cadeau précieux pour tous les amateurs de musées et les amateurs d’art, mais aussi une marque authentique de votre excellence. J’ai dit entrepreneur: en tant qu’architecte, vous êtes formé pour négocier et composer en permanence avec des contraintes matérielles, des besoins technologiques, des demandes de conservation et des visions politiques. Il est évident que votre capacité à prendre en compte toutes ces dimensions fait de vous un grand entrepreneur, avec une vision forte qui dépasse les frontières de la France. Vous avez fondé studio Milou architecture à Paris en 1997 et rapidement établi votre activité comme l’un des principaux cabinets français d’architecture. Votre compétence est reconnue dans les projets culturels et éducatifs de grande envergure, tels que l’Ecole des Beaux-Arts de Caen ou le Centre Culturel de Rambouillet. En tant que chef d’équipe, vous attendez le meilleur de vos collaborateurs et considérez l’acte de transmission comme essentiel. Vous avez la possibilité de réunir un ensemble d’architectes, de paysagistes, de concepteurs d’exposition et de spécialistes du patrimoine qualifiés pour travailler sur des propositions stimulantes. Afin de mener à bien le projet ambitieux de la Galerie nationale de Singapour, vous avez ouvert une nouvelle succursale de votre studio en 2008 et vous avez déménagé ici avec votre famille. Cette décision marque un nouveau chapitre de votre carrière internationale et a conduit à l’expansion de votre pratique en Asie. Mais au-delà de l’esthète et de l’entrepreneur, ce qui vous caractérise le plus, c’est ce que j’appelle «l’homme du palimpseste», profondément engagé à réinventer le passé tout en respectant le tissu complexe historique, culturel et politique de chaque projet. Au fil des ans, vous avez combiné vos passions pour la préhistoire, l’archéologie et les arts et développé une expertise dans les domaines du patrimoine international, de la conservation et de la réhabilitation des monuments et de la création de musées. Il n’est pas surprenant que votre premier projet dans le secteur culturel ait été la création d’un musée sur un site archéologique, le Musée du tumulus de Bougon, dans votre district natal des Deux-Sèvres, dans le centre-ouest de la France. Parmi les nombreux projets illustrant cette dynamique, je n’en citerai que quelques-uns: la Comédie de Saint-Etienne construite à partir d’un site industriel, l’ancienne gare maritime de Cherbourg, en Normandie, que vous avez convertie en Cité de la Mer (musée de la mer) et l’ancienne usine de filature de la laine de Mulhouse, qui abrite aujourd’hui le musée national de l’automobile. À Paris, vous avez également supervisé l’un des projets les plus renommés de l’atelier: la restauration et la transformation du Carreau du Temple en un lieu culturel et sportif au cœur du Marais. La National Gallery of Singapore est bien sûr le point culminant de cette approche. Permettez-moi de revenir à cette entreprise remarquable, car elle en dit long sur l’identité de Singapour, sur votre philosophie de travail et sur votre relation avec ce pays. Votre proposition a été choisie parmi 111 autres pour concevoir et construire la Galerie nationale de Singapour, qui devait ouvrir ses portes en 2015 pour le 50e anniversaire de l’indépendance de Singapour. Au lieu de commander une pièce d’architecture spectaculaire qui allait devenir un nouveau point de repère culturel, les autorités singapouriennes ont décidé de restaurer et de réutiliser deux bâtiments d’importance historique: l’ancien hôtel de ville, créé pour l’administration coloniale britannique à la fin des années 20, et la Cour Suprême. Ces bâtiments ont été le théâtre de nombreux événements importants dans l’histoire de Singapour: la reddition officielle de l’armée japonaise aux forces alliées en 1945 et la fondation du premier gouvernement indépendant de Singapour par le Premier ministre Lee Kuan Yew en 1959. Cher Jean-François Milou, vous avez réussi à réunir deux édifices historiques, en préservant leur intégrité architecturale d’origine et en les célébrant en tant que patrimoine national, tout en créant une nouvelle identité visuelle pour le Musée des beaux-arts. Avec ce projet majeur à Singapour et tout au long de votre carrière en France et à l’étranger, vous avez su allier à la fois maîtrise et subtilité d’exécution. Vous avez su démontrer un sens de réussite sans compromettre la beauté, la qualité ni l’efficacité. Vous avez également pu honorer le passé tout en offrant des expériences humaines nouvelles que les générations actuelles et futures  peuvent apprécier tout en y réfléchissant. Votre contribution active au renforcement des liens culturels entre la France et Singapour est inestimable. Pour ces nombreuses raisons, vous avez pleinement le droit de recevoir ce prix. Jean-François Milou, au nom du président de la République, et en vertu des pouvoirs qui nous sont conférés, nous vous faisons Chevalier de l’Ordre National du Mérite.